Découverte du village

Saulny est une commune située dans le département de la Moselle (région de Lorraine). Le village se trouve à environ 7 km au nord ouest de Metz sur les coteaux de la Moselle.

Saulny appartient au canton de Rombas et à l'arrondissement de Metz-Campagne. Depuis 2002, Saulny fait partie de la Communauté de Communes de Metz (Metz Métropole). Les habitants de Saulny s'appellent les Saulniennes et les Saulniens. La superficie est de 9.8 km². Elle se situe géographiquement à une altitude comprise entre 185 et 377 mètres.

Celtique, gauloise ou romaine ?

Il est difficile de dater l'époque de fondation du village de Saulny. Les recherches étymologiques sont d'autant plus ardues qu'une multitude de graphies sont utilisées, parfois à la même époque, sans règles orthographiques précises. Le Xlle siècle est une parfaite illustration puisque les archives mentionnent pas moins de cinq transcriptions différentes : Saneys (actes des évêques de METZ), 1130, « Salnei » (Abbaye Saint Martin, 1157) « Salnacium ou Sauneium » (Abbaye Saint Maximin, 1186) et « Saunei » (1189). Derrière ce relevé plutôt fantaisiste, se dessine néanmoins une possible origine gauloise, révélée par Henri Hiegel : Saulny résulterait de l'association du nom d'homme gaulois « Salinius » et du suffixe d'appartenance «-acum », hypothèse appuyée par la forme «Salnacium» citée précédemment. Cette version aussi probante soit-elle, ne peut malheureusement pas être confirmée en l'absence de traces écrites antérieures. Les siècles suivants sont toujours marqués par une certaine confusion dans les transcriptions « saneri » 1278, « Saulnegeny » 1427, « Solney » 1491, « Sulnei » 1535, « Saulmi » 1544) avant l'avènement de la graphie « Saulny » en 1779. Par deux fois la commune sera débaptisée en « Salnach » en 1917 et 1940 sous la pression allemande avant de retrouver son identité française de la Libération. Après bien des noms donnés aux habitants de Saulny, ces derniers s'appellent « Les Saulniens et les Saulniennes » (décision du Conseil Municipal du 26 Novembre 1998)

Evolution démographique de 1962 à nos jours :

  • 427 habitants en 1962
  • 645 habitants en 1968
  • 767 habitants en 1975
  • 904 habitants en 1982
  • 1126 habitants en 1990
  • 1167 habitants en 1999
  • 1376 habitants en 2004
  • 1471 habitants en 2008
  • 1481 habitants en 2013
La densité de la population était de 43 habitants par km2 en 1962 et elle est de 151 habitants par km2 en 2013.
La Côte de Saulny qui surplombe le village abrite une pelouse calcaire remarquable où les conditions chaudes et sèches associées à la pauvreté des sols expliquent la présence d'une flore et d'une faune spécifiques. Depuis 2006 la commune a confié la gestion de ce site remarquable au Conservatoire des Sites Lorrains (CSL), association régionale de protection de la nature, par le biais d'un bail emphytéotique (location) de 33 ans. (Cliquez sur ce lien pour accéder à leur site internet). Quelques parcelles privées, également sous gestion CSL grâce à des conventions d'usage, complètent le site et assurent la cohérence de la gestion.
L'histoire simplifiée de Saulny (d'après le livre de l'ancien curé L.Reyser). Merci à M. Bordoz pour cette synthèse.

XII ème siècle

Saulny est un village organisé, où non seulement on vit assez bien, où la terre produit, mais ou s'y trouve aussi une église, qu'un pasteur peut y être nommé, de droit, par l'abbaye Saint Martin. La même abbaye avait droit à une partie des revenus de l'église de Saulny et du village de Saulny. Elle jouissait aussi du "conductum Ecclesiae de Salney", c'est-à-dire du droit de patronage ou le droit de présenter un curé pour la paroisse en vacation ; excepté pendant les mois réservés au pape. -L'abbaye touchait ainsi le dixième des revenus de l'église de Saulny. Le village était la propriété de la famille de Ceil, dans la personne de Pierron de Ceil.

XV ème siècle

Saulny, au XVe siècle, ne comptait pas plus de trente foyers : on les appelait des "conduits". On dénombrait alors les cheminées. Nous avons déjà vu que des documents du XVe s. ne recensaient que 70 à 75 habitants. Ces quelque trente foyers ou maisons étaient groupés pour une part au ban de l'Hôpital, en tout "onze conduits" ; une autre partie était groupée le long de la rue du Bu, autour de la "Mostre", face ou non loin de l'église ; les autres, blotties autour de la maison de la Cour, ou plus bas, la petite Noue, peut-être appelée alors Satenom. Le Saulny d'alors était un village bien organisé. Au sommet les Seigneurs qui la plupart du temps n'habitaient pas au village, mais des Hôtels particuliers à Metz, dont ils étaient les citains. Saulny, c'était aussi les forestiers qui étaient chargés de surveiller les forêts, de dénoncer les voleurs et de jurer fidélité chaque dimanche sur l'autel de l'église. Les porterriens ou porterriers, chargés des fermes et des bêtes et des pâturages. Et puis, le petit monde, mais nombreux, qui travaillait dans les fermes et chez eux, à la maison, à élever les "oyes, les gélines, les chapons et les porcques" ; à surveiller les nombreux colombiers pour la bonne chair des Seigneurs. -Tout ce monde qui travaillait dans les deux tuileries ou cueillait les baies des genévriers, rentrait "le bief, le poivre et les boie; qui vendangeait le raisin, taillait la vigne. Le monde des femmes,employéesde maisons au service des Dames, et qui allaient quérir "l'yawe (eau) aux sources ou aux fossé pour la porter au château ou même aux tuileries à partir du "Rut ou couloit l'yawe". On a dit longtemps que Saulny était le pays des sorciers. On y brûla souvent des femmes et notamment en 1481, 1485 et 1488. Nous n'avons guère de documents écrits sur l'origine de l'église telle que nous la connaissons maintenant. Par qui a-t-elle été construite ? Les abbayes n'ont pas été étrangères à sa construction. Mais la structure du bâtiment et certaines dispositions nous disent que les chevaliers et Seigneurs ont dit leur mot dans la planification du bâtiment et dans son financement. Nous serions injustes si nous ne voyions aussi à l'oeuvre les gens du village. Les spécialistes du gothique sont d'accord pour fixer la construction de l'église au début même du XVe siècle. Il est certain qu'à l'origine l'église n'était composée que du choeur et d'un avant-choeur dans un gothique très pur et très dépouillé. Il se peut que l'abside ait connu au moment de la construction 'un prolongement : une petite nef, car les voûtes de l'abside sous la toiture sont percées par une large ouverture, sans doute une porte autrefois.

XVII ème siècle

La paroisse de Saulny, située dans l'ancien duché de Bar, est une fondation des moines de l'abbaye de Saint-Martin-devant-Metz qui dépendait du Duc de Lorraine. La cure de Saulny dépendra de l'abbé de Saint-Clément. Placée sur la frontière du Pays Messin et du duché de Bar, le village de Saulny était un sujet de litige entre la France, le duché de Lorraine et la ville de Metz et subit ainsi les nombreuses attaques de village-frontière.

XVIII ème siècle

Les années 1741, 1749 et 1752 furent des années de disette. Les pouvoirs publics. furent obligés de prendre des mesures d'assistance aux pauvres éprouvés par la famine. Ainsi de 1757 à 1763, en 1770 et 1771, la municipalité de Metz devait se procurer du blé en Allemagne. Saulny n'était pourtant pas loin et sa terre était riche. Mais qu'on réfléchisse donc sur la mortalité élevée au village dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle. La dysenterie, conséquence souvent de malnutrition et de froid, était souvent diagnostiquée comme cause de décès dans les années 1780. Cependant Saulny n'est pas un village moribond. La vie agricole, la culture vinicole s'adaptent aux circonstances nouvelles ; l'artisanat, sans doute par suite de la proximité de Metz où stationnent des régiments, se diversifie et se développe. Nous voulons faire percevoir les pulsations de cette vie par l'inventaire des professions, des métiers, des agriculteurs et des vignerons.

XIX ème siècle

Qui ne sait qu'en 1818 le village de Saulny, comme tous les autres, se trouve sous le régime préfectoral, hérité de Napoléon, Louis XVIII étant alors roi des français, de 1815 à 1824. Saulny fait partie de la sous-préfecture de Metz. A la tête du village : le conseil municipal simple de 8 membres et, pour les décisions importantes, p. ex. une imposition supplémentaire, un conseil doublé, composé des contribuables les plus imposés.

XX ème siècle

Depuis des siècles Saulny "faisait son marché" à Metz : on y vendait les produits des champs et les fruits des arbres et sans doute aussi déjà la succulente fraise. On y achetait tout ce qu'on ne pouvait trouver sur place au village. Un voyage long de 7 km ; souvent pénible. Le président de Lorraine crée un marché de gros dans la commune de Woippy pour les fraises principalement et pour les autres fruits également afin que les producteurs aient la liberté de vendre à volonté. C'est le début de la production des fraises.