4 novembre 2019 : Les avant-gardes soviétiques, 1918-1928

Très intéressante soirée organisée par Les Arts 57, le 4 novembre 2019,  à la salle Muller de Saulny. « Les avant-gardes soviétiques, 1918-1928 » par M.Laurent Commaille,  Maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université de Lorraine,  nous a permis de découvrir l’énorme élan créateur des artistes de ces années vingt dans le contexte historique tumultueux. Les artistes constructivistes ne font pas de l’art pour de l’art, mais l’art est au service de la transformation de la société, l’art doit être utile.

El Lissitsky réalise une affiche, œuvre de propagande très symbolique. Le coin rouge représentant les bolcheviques entre brutalement dans le cercle blanc des armées tsaristes, en éparpillant des fragments dans l’espace.

Rodtchenko, peintre, sculpteur, photographe révolutionne l’art de la photo qui devient elle-même une œuvre d’art.  Eléments d’architecture, escaliers avec ombres : rayes noires et blanches, voies ferrées,  nouveaux points de vue, contre-plongée, nouveaux cadrages…,

Les architectes constructivistes imaginent des projets de maisons collectives aux longs couloirs, aux baies vitrées en bandes qui ont largement inspiré le Corbusier.

Au cinéma, Eisenstein réalise  le cuirassé Potemkine (1925) dont certaines scènes (escalier)  si célèbres par leur aspect dramatique sont encore des morceaux d’anthologie. Les frères Vertov innovent aussi en  filmant la ville de l’aube au crépuscule sans narration particulière.

Cette courte mais fructueuse période de liberté artistique pris rapidement fin avec l’avènement du réalisme socialiste de Staline.